page suivante3 Ailes antérieures seules présentes. (cf 4) - ailes postérieures, élargies en éventail, seules présentes; ailes antérieures réduites à de petites massues. Strepsiptères mâle
6 Ailes antérieures et postérieures semblables mais ayant une coloration et une forme parfois différentes, membraneuses, translucides, couvertes de poils ou d'écailles. (cf 13) - ailes antérieures entièrement cornées ou seulement à la base, avec ou sans nervures. (cf 7) 7 Pièces buccales de type broyeur. (cf 8) -pièces buccales en forme de trompe. (cf 12)
5 Ailes parcourues par de nombreuses nervures; antennes courtes; corps terminé par de longs appendices. Ephémère (Ephéméroptères) en partie - Très petits insectes (5 mm maxi); nervures des ailes peu nombreuses; ailes postérieures transformées en haltères. Cochenilles mâles Ailes postérieures transformées en haltères; insectes généralement plus grands; ailes avec des nervures plus nombreuses. Diptères
4 Aspect de sauterelle; pattes postérieures robustes; pronotum recouvrant partiellement l'abdomen. Sauterelles (Orthoptères) en partie - insectes d'aspect différent (cf 5)
9 Ailes antérieures étroites, cornées, nervurées; pattes postérieures plus robustes que les autres. Sauterelles et grillons (Orthoptères) - pattes postérieures pas plus robustes que les autres. (cf 10)
8 Ailes antérieures transformées en élytres rigides plus ou moins sculptés mais sans nervures, pouvant etre très courts; les ailes postérieures, membraneuses, sont cachées dessous; pas d'appendices abdominaux visibles. Coléoptères -ailes antérieures avec des nervures bien dessinées ou bien, adomen pourvu d'appendices très visible. (cf 9)
haut de page
Clé des ordres
Retour à l'index
Les ailes sont l’un des caractères essentiels utilisés pour identifier les insectes mais comme d’autres caractères morphologiques, elles varient énormément, peuvent manquer à l’intérieur d’un ordre et même chez certains membres d’une espèce. Elles peuvent être atrophiées, exister ou manquer selon le stade de développement ou la caste (fourmis, termites). Les antennes, les pattes, d’autres structures et l’aspect du tégument sont également sujets à variation chez les différents groupes. S’il fallait tenir compte de toutes ces particularités pour établir une clé d’identification, elle prendrait une place considérable et perdrait sa valeur de système permettant une identification rapide. Ici, nous considérerons surtout les espèces décrites et illustrées qui sont des exemples typiques des différents ordres. Les espèces aberrantes n’ont pas été prises en considération. Cependant, quelques groupes apparaissent à plusieurs endroits de la clé, par exemple quand mâles et femelles n’ont pas la même structure ou quand les membres d’un ordre possèdent une ou deux paires d’ailes. Avec l’expérience, le lecteur apprendra à reconnaître l’appartenance de telle ou telle espèce à tel ordre, ce qui ne peut guère s’exprimer par écrit. La clé consiste en une série de propositions auxquelles il faut répondre par l’affirmative ou la négative pour trouver le nom de l’insecte inconnu. On commencera toujours par la première : s’agit-il d’un insecte ailé ? A-t-il une ou deux paires d’ailes ? On passera ensuite à la seconde : les ailes manquent ou les deux paires sont très brèves ; celle-ci conduit au numéro 27 qui renvoie au numéro 28 ou bien donne le nom de l’insecte qui est un phasme. En suivant toujours l’ordre des propositions, on trouvera le nom de l’ordre auquel appartient l’insecte. Les dessins qui illustrent la clé montrent certains caractères essentiels.
1 . Insectes ailés ayant 1 ou 2 paires d'ailes (les élytres des Coléoptères et des perce-oreilles sont des ailes qui recouvrent les ailes postérieurs fonctionnelles)(cf 2) - pas d'ailes ou bien les deux paires sont très courte. (cf 27) 2 Une seule paire d'ailes (pas d'élytres) (cf 3) -deux paires d'ailes, mais une paire diffère beaucoup de l'autre (élytres des coléoptères, punaise, perce-oreilles, blattes, sauterelles) (cf 6)