page suivante Page précédenteOrdre des Isoptères, termites En général, petits insectes atteignant 20 mm de long. Corps mou, allongé. Tête pourvue de brèves antennes, appareil buccal broyeur, yeux souvent atrophiés ou absents. Seuls les reproducteurs ont des ailes étroites et toutes semblables mais qui sont caduques. Insectes sociaux chez lesquels existent plusieurs castes ayant des fonctions particulières. Les ouvriers entretiennent le nid et cherchent la nourriture, essentiellement d’origine végétale, dont la cellulose est digérée dans l’intestin à l’aide de protozoaires. Les soldats qui défendent la société sont, comme le roi et la reine, nourris par les ouvriers. Les sexués vivent longtemps et assurent la reproduction. Métamorphoses incomplètes, larves nourries et soignées. 2 000 espèces surtout dans les régions chaudes. En France, 3 espèces (principalement dans le Sud-Ouest mais aussi jusque dans la région parisienne). Ordre des Chéleutoptères, phasmes, phyllies Insectes le plus souvent de grande taille dont il existe deux types : les phasmes au corps très allongé, les phyllies aplaties et en forme de feuilles. Trois espèces de phasme vivent en France. Certains phasmes sont élevés en captivité comme animaux de laboratoire. La plupart vivent dans les régions tropicales. Appareil buccal broyeur, pattes et antennes très longues, souvent aptères. Chez certaines espèces il n’y a que des femelles qui se reproduisent par parthénogenèse. Larves et imagos sont végétariens. Au total, environ 2 500 espèces. Ordre des Orthoptères, criquets, sauterelles, grillons On sépare souvent les ensifères (sauterelles, grillon) et les caelifères (criquets). On reconnait les premiers à leurs antennes filiformes plus longues que le corps. Leurs organes auditifs sont situés sur les tibias antérieurs ; élytres modifiés en organe stridulant. Les seconds ont de très courtes antennes ; l’organe stridulant est formé par les fémurs postérieurs et une nervure des élytres ; organes auditifs à la base de l’abdomen. Tous les Saltatoria ont la tête tournée vers le bas et un appareil buccal broyeur, des yeux composés et des ocelles. Les ailes peuvent être atrophiées ; les antérieures sont étroites, dures, les postérieures plus larges et membraneuses. Aptitude au vol très variable. Tous ont des pattes postérieures adaptées au saut, souvent plus employé que le vol. les femelles ont un oviscapte (organe de ponte) plus ou moins long. Les grillons se distinguent par leur aspect un peu différent. Environ 15 000 espèces dont environ 155 en France. Ordre des Psocoptères, psoques Très petits insectes (maximum 6 mm) au corps mou. Tête assez grosse ; yeux composés, longues antennes filiformes. Appareil buccal broyeur. Ailes plus longues que le corps, généralement incolores ou faiblement tachetées, à nervation simple, souvent réduites à de petites écailles ou même absentes. Métamorphoses incomplètes. Larves et imagos sont végétariens (lichens, champignons) quand ils vivent en nature ou mangent des substances organiques (collection de plantes, d’insectes, provisions) quand ils sont dans les maisons ; dans ce cas, ils font des dégâts. Un millier d’espèces connues dont environ 100 en Europe centrale. Identification difficile. Ordre des Phtiraptères, poux Petits insectes parasites (maximum 6 mm) au corps aplati, ovale ou allongé ; toujours aptères. Segments du thorax soudés ; pattes très robustes, le tibia porte une saillie sur laquelle le tarse se rabat, formant une pince qui fixe l’insecte aux poils de l’hôte. Œufs (lentes) collés sur les poils. Les larves et les imagos se nourrissent du sang de l’hôte. La plupart vivent sur une espèce-hôte bien déterminée (plusieurs sur l’homme) et peuvent transporter des agents pathogènes. Environs 400 espèces plus ou moins cosmopolites. Ordre des Thysanoptères, thrips Très petits insectes (maximum 3 mm). Corps étroit, antennes courtes, appareil buccal piqueur-suceur, asymétrique. Caractérisés par leurs ailes étroites, bordées de très longues franges de cils. Pattes munies d’une vésicule dilatable servant de ventouse. Certaines espèces sont aptères. Métamorphoses intermédiaires entre celles de type complet et incomplet. Plusieurs stades, dont deux sont immobiles (« pronymphe » et « nymphe »). Larves et imagos sont très nombreux, se nourrissent de sève ; quelques espèces parasitent d’autres insectes. Certaines espèces font d’importants dégâts dans les champs. Environ 4 000 espèces dont 300 en Europe centrale. Ordre des Hétéroptères, punaises En Europe, ces insectes ne dépassent guère 20 mm de long. Corps généralement aplati, ovale ou allongé, coloration terne sauf exceptions (courleurs d’avertissement). Yeux composés et ocelles présents, antennes de longueur variable, à petit nombre d’articles. Le pronotum porte une large plaque (écusson ou scutum). Quelques espèces sont aptères ou ont des ailes courtes ; chez la plupart, les ailes antérieurs (hémélytres) ont une structure particulières : les deux tiers proches du corps sont sclérifiés, le troisième, éloigné du corps, étant membraneux et présentant un reste de nervation utile pour l’identification. Les ailes postérieurs sont membraneuses, un peu plus petites et, au repos, sont cachées sous les hémélytres. L’écusson et les hémélytres donnent aux Hétéroptères un aspect tout à fait caractéristique. Pattes de forme variable, adaptées au genre de vie, par exemple chez les punaises aquatiques. La plupart des Hétéroptères émettent des sécrétions malodorantes ayant un effet répulsif vis-à-vis des prédateurs ; ils peuvent aussi piquer. Métamorphoses incomplètes ; larves et imagos peuvent vivre en des lieux très différents, avoir une nourriture différente (appareil buccal piqueur-suceur chez les adultes) ; la plupart absorbent des sucs végétaux ou sont carnivores ; il y a aussi des parasites des vertébrés. Certains font des dégâts, d’autres détruisent des ennemis des plantes. 40 000 espèces dont 2 000 en France.
Description des différents ordres, page 3
haut de page