Morphologie Le corps des Orthoptères (Fig.1) comprend trois parties (tagmes) : la tête, le thorax et l’abdomen. La tête porte une paire d’antennes, les pièces buccales et les yeux.
Fig.1 Morphologie exerne d'un Acridien ( Stenobothrus lineatus femelle). Les pièces buccales ne sont visibles qu'en partie.
Les pièces buccales appartiennent au type primitif broyeur (chez beaucoup d’autres Insectes, on observe divers types évolués, par exemple les pièces buccales de type suceur-lécheur ou de type piqueur). Elles se composent d’une paire de mandibules puissantes et dentelées (mâchoires supérieures, destinées à prélever la nourriture), d’une paire de maxilles (mâchoire inférieures, dont le rôle est de broyer) et du labium (lèvre inférieure impaire), qui s’oppose à la chute des aliments hors de la cavité buccale. Maxilles et labium portent chacun une paire de longs palpes articulés qui favorisent le maintien de la nourriture et possèdent en outre une fonction tactile. L’ensemble du complexe buccal est recouvert par le labre (lèvre supérieure), pièce impaire qui prolonge inférieurement le clypéus. Les deux yeux composés sont formés par la juxtaposition d’une multitude de minuscules ommatidies, lesquelles forment chacune une image élémentaire, de sorte que les Orthoptères perçoivent leur environnement sous la forme d’une grossière trame d’imprimerie. La partie antérieure de la tête porte en outre trois petits yeux simples (ocelles). Leurs fonctions sont encore mal connues ; ils servent entre autres à la vision crépusculaire. La tête des Criquets présente quelques autres caractères importants, parmi lesquels la côte frontale (large bande surélevée s’étendant du vertex au clypéus) et les fovéoles temporales. Ces dernières se présentent sous forme de petites dépressions triangulaires, trapézoïdales ou rectangulaires, situées contre le bord supérieur des yeux composés, et constituent souvent un bon caractère de différenciation ; elles font toutefois défaut chez certaines espèces. Le thorax se compose de trois segments (pro-, méso- et métanotum). Les deux derniers segments portent chacun un sillon transversal qui délimite leurs régions antérieure et postérieure. On désigne sous les noms de pro-, méso- et métasternum la partie ventrale de chacun de ces trois segments. Comparativement aux deux derniers segments, le pronotum (ou « corselet ») est beaucoup plus développé. Sur sa région dorsale courent souvent deux ou trois carènes longitudinales : au centre, la carène médiane, et, sur les côtés, les carènes latérales (dont la forme constitue souvent un critère d’identification déterminant). Un sillon transversal, situé vers le milieu du pronotum, y détermine deux régions, l’une antérieure (la prozone) et l’autre postérieur (la métazone). Les parties latérales (lobes réfléchis) du pronotum se prolongent vers le bas presque jusqu’aux points d’implantation des pattes.
Page suivantehaut de page
Les Orthoptères
Retour à l'index
Au sein de la classe des Insectes –la pus riche de tout le règne animal, puisqu’elle regroupe à elle seule environ 80% des animaux actuellement décrits- les Orthoptères appartiennent au groupe des Hémimétaboles, Insectes caractérisés par leurs métamorphoses incomplètes. L’œuf des Hémimétaboles livre un Insecte juvénile, réplique minuscule, aptère et immature du futur adulte ; le juvénile subit plusieurs mues avant de parvenir à l’état imaginal (Insecte parfait). Leur métamorphose se distingue donc de celle des Insectes à métamorphoses complètes (Holométaboles) par l’absence de phase nymphale. Les Orthoptères possèdent pour proches parents les Blattes ou Cafards (Dictyoptères), les Mantes (Mantoptères) et les Perce-oreilles (Dermaptères). Ces trois ordres forment avec quelques autres le super-ordre des Orthoptéroïdes. Parmi les Orthoptères proprement dits, on distingue deux sous-ordres : les Ensifères, qui rassemblent Sauterelles et Grillons, et les Caelifères, qui comprennent les Criquets. Les espèces du premier sous-ordre se caractérisent par leurs antennes longues et fines, ainsi que par l’oviscapte très développé de la femelle ; celles du second sous-ordre portent des antennes courtes et épaisses et sont dépourvues d’ovipositeur ensiforme. Seule la Courtilière déroge à cette règle générale : bien que faisant partie des Ensifères, elle porte des antennes courtes et sa femelle est dépourvue de la longue tarière caractéristique des Sauterelles et des Grillons.
Fig.2 Organes auditifs. A. Gryllus campestris , genou antérieur droit, en vue externe; B. idem, en vue interne; C, Tettigonia viridissima , genou antérieur droit, en vue antérieure; D, Chorthippus apricarieu , orifice tympanl droit; E, Chorthippus biguttulu , orifice tymanal droit