Les araignées
haut de page
Les araignées sont des arthropodes prédateurs dont les proies consistent essentiellement en insectes, même si d’autres arthropodes (dont d’autres araignées) sont également souvent consommés. Quelques espèces s’attaquent aux têtards et aux petits poissons. Certaines grosses araignées tropicales chassent aussi grenouilles et oiseaux. L’immense ensemble des arthropodes (phylum des Arthropoda, du grec poda, « pied » ou « patte » et arthro, « articulé ») regroupe plus des trois quarts des espèces animales connues. Tous ces êtres possèdent un squelette externe (exosquelette, où les articulations sont externes et visibles) dont les caractères servent à définir les différents groupes. L’exosquelette, à base de chitine, est coriace comme une armure. Le corps des araignées comprend deux parties : d’une part le céphalothorax (la partie avant), fortement chitinisé, avec, au-dessus, la carapace, et, au-dessous, le sternum, et d’autre part l’abdomen (opisthosoma), qui est très souple. Les deux moitiés de ce « sandwich » sont assemblées par des membranes et des muscles, et elles contiennent les fluides, les divers organes et les muscles. Huit pattes creuses partent des flancs du céphalothorax. Si l’essentiel de l’exosquelette est rigide, les différentes membranes articulaires permettent une mobilité correcte. L’homme possède lui-même des muscles de chaque côté des articulations pour la flexion ou l’extension des différentes parties des membres. Les pattes tubulaires rigides des araignées contiennent les fluides et les muscles permettant la flexion de toutes les articulations (mais l’extension n’est possible qu’à certaines d’entre elles). En fait, deux des articulations majeures ne sont pas pourvues de muscles extenseurs, et l’extension se réalise par une augmentation de la pression des fluides due à la contraction des muscles reliant la carapace au sternum : si on compresse la carapace d’une araignée venant d’être tuée, ses pattes se déploient, sauf si leur extrémité est coupée. Un aspect plus pratique que ce mécanisme s’observe lorsque des araignées sont prises dans un piège et quand les tissus mous internes sont renflés, provoquant l’extension des pattes et des pédipalpes.
page suivanteRetour à l'index